Sous la direction de Samuel Murez surnommé le Charlie Chaplin de la danse, 3è Étage est d'un niveau hors-du-commun. Inventivité chorégraphique, sens de l’improvisation, spontanéité captivante, beauté surhumaine sont les ingrédients de ses créations.


Succession de tableaux courts, virtuoses, souvent très drôles, intégrés dans une mise en scène imaginative portant pleinement la marque de son créateur, “Désordres” ravit les novices autant que les connaisseurs, et a conquis la presse française et étrangère. Dans un jeu permanent entre sérieux et humour, convention et transgression, ordre et folie, des thèmes se nouent, des motifs se créent, des personnages reviennent... on assiste à un spectacle d'un nouveau genre — quelque part entre danse, cinéma, mime et théâtre.

La pièce Désordres, véritable mécanique horlogère est un petit bijou où scintillent des pièces musicales de Ludwig van Beethoven, Johannes Brahms, Franz Liszt mais aussi des modernes Siegfried de Turckheim. Après avoir triomphé lors de la première tournée Nord-Américaine du groupe en 2011, “Désordres” est acclamé par le public, de Buenos Aires à Paris.


Chorégraphies
Samuel Murez Musique : F. Liszt, the Misters, T.A. Vitali, J. Brahms, S. de Turckheim

Infos

11 solistes et danseurs de l'Opéra de Paris
1h4O avec 15 min d’entracte

Critiques
Charles Guiliano / Bershire Fine Arts
Une expérience extraodrinaire !

Bess Hochstein / Rural Intelligence
Une aventure terpsychoréenne pleine de surprises et de plaisirs, sans parler de danse d'un niveau hors-du-commun, d'inventivité chorégraphique, de jeux de lumière et de paysages sonores évocateurs, et d'un art de la mise en scène ensorcelant.

Janine Parker / The Boston Globe
Une soirée hors-norme.

Tresca Weinstein / Albany Times Union
3e étage […] marque un nouveau pas dans l’évolution du ballet, projetant une forme artistique vieille de plusieurs siècles en plein XXIè siècle. Appelons ça le Ballet 2.0. [...] Ce qu’a créé Murez est frais et pourtant intemporel, sérieux et décalé, plein d'autodérision sans perdre ni émotion ni cohérence. Son approche du ballet (et de la danse contemporaine) est à l’opposé des froufrous ; elle est magistrale, athlétique, agile et souple avec des transitions fluides et un humour corporel subtil. […]à couper le souffle […] Le charme de la compagnie prend source dans son équilibre humoristique, sa générosité et son incroyable maîtrise de la danse.

“Désordres”

INFOS

crédit photos Julien Benhamou et Karlicadel